Category

Etude de cas

Pourquoi recevoir ou payer des intérêts à sa banque?

By | Etude de cas | No Comments

Entre amis, entre membres d’une même famille, l’usage est de se prêter de l’argent à taux zéro, sans intérêts. La plupart des gens ne pense pas à prêter avec un taux d’intérêt leur permettant de gagner de l’argent sans rien faire, “ça ne se fait pas”. Et pourtant, lorsque nous avons une épargne, la plupart d’entre nous cherchons à maximiser notre rendement, et les banques n’hésitent pas à surenchérir : taux “boosté” à 3% pendant 3 mois, 100€ offert pour l’ouverture d’un compte, etc. Sans compter les comparateurs qui fleurissent pour nous aider à optimiser ce rendement.

Ne pourrait-on pas étendre cet état d’esprit, au nom d’une amitié étendue, de solidarité ou, d’après notre devise nationale, de fraternité? Pourquoi faire à un inconnu ce qu’on ne fait pas à ses amis et à sa famille parce que “ça ne se fait pas”?

Etudions un circuit de l’argent et des intérêts

Si on se rend dans une banque qui nous promet un rendement de 3%, nos 1 000€ deviennent 1 030€ à la fin de l’année : Les 30€ obtenus sans rien faire, d’où viennent-ils? Ce n’est pas un cadeau, quelqu’un a dû les payer. Il s’est sûrement passé ceci : au même moment, une personne a demandé 1 000€ à la banque, elle lui a facturé 1 080€, en a gardé 50 et vous en a donné 30€.

On peut alors se dire qu’on y gagne quand on prête, qu’on y perd quand on emprunte. Mais statistiquement, la majorité des personnes y perdent. En réalisant une étude sur la population suédoise, 90% payent plus d’intérêts qu’ils n’en reçoivent.

Répartition intérêts entre déciles de la population suédoise concentration richesse

Source : Miguel Ganzo, cf lien plus bas

Il indique en rouge les intérêts perçus en milliers de couronnes par décile de la population, et en vert les intérêts payés. Seul le dernier décile reçoit plus d’intérêts qu’il n’en paye.

Les données sources ne sont pas disponibles malheureusement et je ne retrouve pas d’équivalent sur Internet pour d’autres pays. Il semble logique : plus on est riche, plus on reçoit d’intérêts, et on sait que les inégalités sont très fortes (50% du patrimoine français est détenu par les 10% des ménages les plus riches).

Pour finir, regardons les deux principaux contre-arguments qui peuvent surgir sur l’absence d’ intérêts :

  • le coût d’opportunité : je veux bien prêter à taux 0, mais à côté j’ai la possibilité de prêter mon argent à des taux positifs, donc je renonce à gagner de l’argent
    • Premièrement, le fait d’accepter de ne pas gagner d’argent est très différent de perdre de l’argent qu’on a déjà, comme l’ont montré les Prix “Nobel” Kahneman et Tversky. Nous sommes beaucoup plus sensibles à la perte de ce qu’on a déjà qu’à un éventuel gain espéré.
    • Deuxièmement, si une communauté suffisamment grande rejoint un système sans taux d’intérêt, nous allons pouvoir également emprunter de l’argent à taux zéro lorsque nous en aurons besoin, ce qui permet d’équilibrer la balance.
  • L’inflation :
    • Investir de l’argent à taux 0 reviendrait à voir lentement son épargne perdre de la valeur, rongée par l’inflation des prix.
    • La réponse provisoire (et pas totalement satisfaisante) à cette problématique me semble être, à ce stade, le faible impact en valeur absolue comme relative, et la diversification de ses actifs :
      • Pour la majorité de la population, l’épargne et le patrimoine sont faibles (En France, les 50% les plus pauvres détiennent 7% du patrimoine total) : toucher 0% ou 1% sur pas grand chose, ça fait pas grand chose. A l’inverse, ils ont donc des besoins d’emprunts importants, et un système à taux 0 leur bénéficierait
      • Pour ceux qui concentrent l’épargne (10% des ménages cités plus hauts, et le 40% du milieu qui détiennent 43% du patrimoine), la diversification des actifs devrait permettre d’accepter une partie à 0%, d’autant plus si cela permet d’emprunter à 0 pour certains projets.
        • C’est déjà le cas avec les comptes-courants en France, non rémunérés même en période de forte inflation, et qui représentent une masse très importante : 429 milliards d’euros en France au T1 2017 (source : Banque de France)

D’accord, ne pas payer ni recevoir d’intérêts semble une idée juste. Et alors? Alors cela a motivé des danois puis des suédois à créer une banque sans taux d’intérêt, la JÄK Bank, que nous allons étudier dans les prochains articles, et qui renverse de nombreux paradigmes bancaires et économiques.

La suite dans le prochain article de la série!

Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires ou à m’envoyer des mails sur financeethique.eu@gmail.com

Sources :

https://jak.se/jakexplained

16_JAK Medlemsbank – Cooperativa bancaria JAK – Suecia

Kahneman et Tversky : https://www.cairn.info/revue-idees-economiques-et-sociales-2010-3-page-15.htm

 

Finance participative, collectivités locales, démocratie et ploutocratie

By | Etude de cas | No Comments

 

 

L’idée de développer la finance participative pour les collectivités locales au Royaume-Uni et aux Etats-Unis se développe, comme l’explique cet article du Guardian (présent dans la revue de presse de février)

En proposant plusieurs projets pour la commune, et en faisant « voter » les citoyens, la finance participative permet d’intéresser ceux-ci à la commune et à la manière de s’investir pour réaliser des projets communs (en argent mais aussi en temps, en compétences).

L’article cite notamment la levée de fonds de la ville de Kansas City auprès de ses concitoyens pour développer un système de vélo-partage type Vélib et qui a réuni 400 000$.

Toutefois, ce « vote » n’est pas démocratique mais ploutocratique, c’est à dire que le pouvoir de choisir le projet qui sera développé est lié à la capacité financière des individus.

En particulier dans une société très inégalitaire, cela revient en réalité à faire choisir les plus riches sur les programmes à développer dans la commune. C’est un risque que nous soulignions également pour l’ISR et la finance éthique dans la fiche de lecture de « Finance éthique : le grand malentendu » (cette fiche de lecture complète en pdf est désormais disponible via la newsletter)

Néanmoins, la finance participative a tout de même un potentiel intéressant :

  • D’abord parce que la somme de petites contributions des ménages moyens ou modestes peut permettre des améliorations
  • Ensuite, et surtout, si la finance participative est couplée à la démocratie participative. En clair, si l’on fait voter démocratiquement les projets à sélectionner, puis, dans un deuxième temps, que l’on lance ces projets sur une plateforme de finance participative, alors on aura l’avantage démocratique sans le désavantage ploutocratique