février 2016 archive

Revue de presse de janvier 2016

Initiatives :

 

Réflexions :

 

  • Un compte rendu d’une conférence de Paul Dembinski, dont je vous propose un extrait
    • « Il faut cesser de vouloir développer une éthique de la finance (faisant de l’éthique une variable qui s’adapte à la finance prise comme une donnée) pour privilégier une finance éthique : l’éthique est la donnée.
    • Elle est, selon la définition de Paul Ricoeur, la visée d’une vie accomplie, avec et pour les autres, dans le cadre d’institutions justes. L’éthique doit donc être présente au niveau macro, méso, individuel ; elle n’est pas une réglementation : c’est un choix, une volonté.
    • Il faut donc agir sur les réglementations, résoudre la crise de surproduction (finalement classique) que connait la finance. Mais il faut réintroduire aussi cette notion de choix.
    • Agir sur l’enseignement et les savoirs, introduire l’épistémologie (complètement absente des nouvelles techniques financières), l’histoire, enseigner que les techniques financières sont élégantes mais pas absolues, restaurer le doute chez les étudiants.
    • Agir sur les cultures d’entreprise et reconnaître les conflits d’intérêt, la marge de liberté de chaque acteur, et qu’il doit donner un sens à ce qu’il fait (les Pays-Bas viennent d’introduire un serment obligatoire pour les financiers). Particulièrement dans la finance, il faut reconnaître un double dilemme derrière chaque décision : entre la performance économique et l’impact sur les tiers ; et entre la conformité de l’acte et la qualité de l’acte.
    • L’éthique est d’agir en pensant à ceux qui ne peuvent ni vous récompenser ni vous punir.

 

Régulation :

 

 

  • Une vision d’un membre du Collectif Roosevelt sur la régulation des banques :
    • Les institutions financières et les régulateurs croient maîtriser les risques parce qu’ils utilisent des modèles avec des chiffres, mais ces modèles ne sont pas pertinents, car les événements qu’ils essayent de suivre sont trop complexes. L’utilisation de chiffres dans les modèles de risque sert surtout à « donner le change » et l’impression qu’on maîtrise quelque chose.
    • Il faut revenir à des règles très simples qui prennent le problème à la racine et nous dispensent d’avoir à compliquer la régulation pour « faire semblant » : par exemple, exiger un ratio de fonds propres de 20% pour toutes les banques