La finance éthique concrètement : l’expérience d’un cigalier

Pour commencer la série « La finance éthique concrètement », je vais parler de ma première expérience réelle de finance éthique, qui a commencé fin 2008.

En me renseignant sur les mouvements liés au « développement durable », j’ai trouvé le site des CIGALES  (Club d’Investissement pour une Gestion Locale et Alternative de l’Epargne Solidaire). Je me suis donc rendu en novembre ou décembre à une réunion d’information animée par David Nicolet, un des piliers du mouvement en Ile de France. Quelques mois plus tard, après avoir assisté à 3 réunions, j’ai intégré la Cigales Pacha Mama.

Les Cigales, qu’est ce que c’est ?

Concrètement, entre 5 et 20 personnes mettent de l’argent tous les mois en commun dans le but d’investir au capital d’entreprises locales, la plupart en cours de création, qui s’insèrent dans l’Economie Sociale et Solidaire (énergies renouvelables, économies d’énergie, agriculture Bio, activités culturelles, personnes en réinsertion, etc).

A quoi ça sert ?

Une Cigales investit entre 1 000 € et 3 000 € par projet (plusieurs Cigales peuvent se joindre au même projet) et permet aux entrepreneurs d’obtenir plus facilement des prêts bancaires et des garanties/caution de la part de fonds spécialisés (France Active), en augmentant les fonds propres, et en montrant que d’autres personnes que le porteur, ses amis et sa famille croient au projet.
Par ailleurs, le fait d’avoir une Cigales à son capital permet de postuler à « Garrigue », une société coopérative de finance solidaire qui investit des montants plus importants (de l’ordre de 10 000€ à 30 000€).

Qu’est ce que j’en retiens ?

En pratique, mes 600 € personnels ont participé au financement d’une boulangerie employant des salariés en insertion (http://www.farinez-vous.com/ ), d’une librairie à La Courneuve (http://www.librairie-la-traverse.fr/ ), d’une entreprise de matériaux de construction écologiques (Bats Verts), etc.

Durant deux ans et demi, j’ai assisté à une quinzaine de réunions où un entrepreneur expose son idée et défend son projet. A part être tenu au courant des derniers développements du marché des couches lavables (http://www.apinapi.fr/catalog/ ), c’est une très bonne porte d’entrée pour connaître le tissu économique local et les problématiques que rencontrent les entrepreneurs. Si l’on veut soit même monter son entreprise dans le futur, c’est bien évidemment un poste d’observation très intéressant.

Surtout, cela m’a permis de rencontrer des personnes entreprenantes avec qui je partage la volonté de construire un monde plus conforme à mes valeurs, en particulier le respect de l’environnement et la solidarité. Je compte ici les entrepreneurs eux-mêmes, mais aussi les autres membres de la Cigales, qui permettent de se confronter à des visions différentes. Ça veut par exemple dire batailler sur l’opportunité de financer une librairie à La Courneuve avec une kiné, un officier de la marine ou un jeune retraité.

Enfin, je peux (i) savoir concrètement où passe une partie de mon argent, (ii) appuyer des entrepreneurs qui créent de la valeur ajoutée sociale et environnementale et (iii) participer activement aux décisions de l’outil financier (ici le club d’investissement)

La transparence, l’argent au service de ses valeurs, la capacité d’agir sur les outils financiers, voilà une première approche de ce qu’est la finance éthique selon moi.

[Cet article a été originellement publié en janvier 2012 sur financeethique.blogspot.com]

Leave a Reply