Monthly Archives

janvier 2016

Rapport de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) sur l’Investissement Socialement Responsable (ISR)

By | ISR, Régulation financière | No Comments

L’Autorité des Marchés Financiers a publié un court rapport sur l’ISR (lien vers la version surlignée par Axylia, pour une lecture plus facile), dont on peut retenir

  • L’ISR est un « concept polymorphe et évolutif parfois difficile à appréhender »
  • « Malgré des efforts importants, le cadre français ne permet pas toujours à l’investisseur d’identifier pleinement les produits en adéquation avec ses besoins. »
    • L’AMF déplore le manque d’information et la qualité insuffisante de ces informations
  • « Des classes d’actifs particulières qui posent parfois la question de leur compatibilité avec une approche socialement responsable »
    • Par exemple, les matières premières, posant la question de la spéculation sur l’alimentation
  • « Des techniques de gestion parfois controversées dans un environnement responsable »
    • Par exemple, l’utilisation de dérivés, de CDS, ou le prêt/emprunt de titre à d’autres fonds pour augmenter ses gains, avec parfois l’impossibilité de voter à l’assemblée générale car on a prêté le titre durant cette période.
  • Le risque de greenwashing, certains fonds ISR étant quasiment identiques à des fonds non ISR :
    • « il est parfois possible de constater de grandes similitudes entre un portefeuille géré selon une démarche ISR et un portefeuille classique non ISR de même classification, et l’on pourra s’interroger sur la portée différenciante de certaines gestions ISR. »
  • En synthèse, voici les éléments repris dans la doctrine de l’AMF :

synthese rapport AMF ISR

Recevez les derniers articles parus et les fiches de lecture en pdf!

 

Revue de presse de décembre 2015

By | Revue de presse | No Comments

COP 21 :

Régulation :

  • Le nouveau mécanisme européen de traitement des banques en difficulté pose des questions de responsabilité en cascade, après le suicide d’épargnants italiens ayant perdu une grande partie de leurs économies dans le « sauvetage » de leur banque
    • Suite à la crise financière, un mécanisme européen a été mis en place, prévoyant de limiter le sauvetage des banques par les contribuables.
    • Il prévoit de faire appel aux actionnaires et aux détenteurs d’obligations avant de solliciter les contribuables. Des épargnants ont ainsi perdu une large partie de leurs économies, poussant certains au suicide.
    • Mais de nombreux établissements ont placé leurs propres produits, actions ou parts sociales, auprès de leurs épargnants, sans toujours leur expliquer les risques qu’ils encouraient.
    • Le défaut de conseil récurrent dans de nombreuses banques quand il s’agit de placer leurs propres produits est ici à nouveau révélé (en France, le placement d’actions Natixis par les réseaux Banques Populaires et Caisse d’Epargne avait fait l’objet de nombreux procès)
    • En réaction, le premier ministre italien prévoit d’utiliser un fonds pour aider à leur tour ces épargnants, mais il contredit la logique même du mécanisme qui est de responsabiliser les actionnaires et détenteurs d’obligation pour qu’ils contrôlent davantage les banques et évitent de solliciter les Etats

Investissement Socialement Responsable :

  • Un appel d’investisseurs pour standardiser les obligations vertes :
    • Sans critères, loi ni label, n’importe qui peut déclarer que son obligation est « verte », alors que l’expression entend désigner des dettes « devant servir à financer des projets apportant un bénéfice environnemental ou social »
      • On note que l’intégration de « social » sous une expression « verte » apporte davantage de confusion…
      • Parmi ces critères possibles :
        • Faire mieux que la législation en vigueur
        • S’aligner sur l’accord de la COP 21
        • Être audité et avoir des processus garantissant que l’argent destiné à un projet vert, mais pouvant passer par une entreprise ayant également des activités non vertes, aille bien au projet en question
      • Toutefois, la standardisation et ces critères ne doivent pas imposer des contraintes trop lourdes sous peine de voir la plupart des émetteurs passer par des émissions classiques
      • « Le marché des green bonds a connu jusqu’à aujourd’hui une forte croissance. »
        • 3 milliards de dollars en 2011, 37 milliards en 2014, 40 milliards à novembre 2015

Finance Islamique :