mai 2015 archive

Revue de presse de mai 2015

Transition énergétique

  • Un très bon article sur les initiatives concernant le prix du carbone :
    • Tous les acteurs sont d’accord sur le fait que fixer un prix du carbone est la meilleure manière d’agir pour réduire les émissions carbone, en permettant aux acteurs d’anticiper et d’investir de manière informée
      • Ainsi, depuis septembre 2014, « une initiative de la Banque mondiale sur la tarification carbone avait été signée par plus de 74 pays, 23 collectivités locales et un millier d’entreprises et d’investisseurs, représentant 54% des émissions de gaz à effet de serre mondiales et 52% du PIB de la planète. »
    • Toutefois, il est important que ce prix soit significatif, stable, prévisible, et le même partout dans le monde
      • Or, comme le montre la carte synthétique, des initiatives diverses ont été prises dans le monde, certaines entreprises ayant même défini volontairement un prix qu’elles payent elles-mêmes. Mais sans contrainte publique et/ou accord globale, le système restera volontaire et inefficace
  • La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) engage une politique de transition énergétique et contre le changement climatique
    • 15 Mds € d’engagement : capital dans les énergies renouvelables, prêts verts aux collectivités locales, interventions de sa filiale Bpifrance sur la lutte contre le changement climatique, investissement vert via l’assureur CNP, filiale du groupe
    • Les représentants de la CDC dans les conseils d’administration pousseront pour une mesure puis une baisse des émissions carbone
    • Mesure des émissions générées par ses investissements
    • Engagement à réduire les émissions de carbone de ses actifs immobiliers de 38 % à l’horizon 2020 et s’engagera fin 2015 sur un objectif pour ses portefeuilles d’actions
    • Une conférence sur le climat avec 500 acteurs internationaux a été organisée afin de prendre des mesures avant la COP 21, avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et Paris Europlace

Régulation

Investissement Socialement Responsable :

  • Le fonds souverain norvégien, le plus grand du monde avec plus de 800 Mds € d’actifs, va exclure les investissements dans le charbon
    • Cette décision a été pris après plusieurs étapes, que nous avons suivie sur ce blog (en février 2014, février 2015 puis mars 2015)
    • Le parlement norvégien, sous la pression de nombreuses ONG, est notamment allé au-delà de la recommandation d’un rapport sur la question, préconisant de se retirer uniquement des entreprises du charbon les plus polluantes, et non de l’ensemble du secteur.
    • A noter toutefois, la définition des actifs liés au charbon laisse une marge de manœuvre (30% de profits ou de Chiffre d’affaires – CA – dans le charbon) même si elle est moins grande que celle laissée par la définition d’Axa (plus de 50% du CA dans le charbon, ou plus de 50% du mix energétique)
  • La sortie de l’étude annuelle de Novethic sur l’ISR, qui connaît une croissance de 31% à 223 Mds €
    • « Les investisseurs particuliers ne représentent même plus 20% du marché
    • « L’intégration plus large de critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) dans la gestion financière se renforce : 356 milliards d’euros. »
    • A noter que cette intégation de critère ESG est en réalité une application moins forte des principes définis pour l’ISR, dont on a vu qu’ils étaient déjà très légers
    • « Les assureurs sont les poids lourds de ce marché puisqu’ils détiennent deux tiers des encours de l’investissement responsable français et leur engagement explique en très grande partie la croissance 2013 – 2014 tant de la gestion ISR que de l’intégration ESG. »

Finance solidaire

Ethique 

  • Une nouvelle étude montre la faible éthique qui règne dans le secteur financier :
    • « un tiers des employés du secteur qui font partie des salariés les mieux payés ont été témoins directs d’actes délictueux. »
    • « Environ un quart de ceux qui gagnent plus de 500.000 dollars par an (455.000 euros) reconnaissent aussi avoir subi des pressions pour accomplir des opérations contraires à l’éthique »
    • « 23% d’entre eux pensent que leurs collègues se sont livrés à de tels comportements pour se faire bien voir ou obtenir un avantage, soit plus du double de ce qu’une étude précédente faite en 2012 révélait, et près de la moitié pensent que les firmes concurrentes trichent. »

Fiche de lecture : Finance éthique, de Michel Roux (troisième partie)

Nous continuons notre fiche de lecture de « Finance Ethique » de Michel Roux dont la première partie est ici et la deuxième là.

Le troisième chapitre et la conclusion de la première partie de l’ouvrage insistent sur la perte de repères et la demande de sens et de régulation dans un contexte de mondialisation et de dérégulation des 20 dernières années.

La deuxième partie de l’ouvrage traite des principaux acteurs de la finance éthique en France. Etant donné que l’ouvrage est daté, nous ne reprenons pas l’analyse avec les chiffres de l’époque.

L’auteur note que les acteurs remettent en cause la maximisation de la valeur actionnariale, mais il ne parle pas de remise en cause du pouvoir de l’actionnaire au détriment des autres parties prenantes. Il reprend la citation d’Amy Domini : « La manière dont nous investissons crée le monde dans lequel nous vivons » 

Parmi les acteurs, il distingue notamment deux démarches, les fonds de partage et les produits solidaires :

  • Démarche solidaire, avec les critères Finansol :
    • Soit 10% des encours doit être destiné au financement d’activités solidaires, le reste étant investi en Investissement Socialement Responsable.
    • Soit 25% au moins du revenu de l’épargne est destinée au financement d’activités solidaires
    • Soit les deux
  • Les fonds de partage redistribuent tout ou partie des revenus de placement (souvent des obligations) aux OIG (Organisations d’Intérêt Général) désignés :
    • Le gestionnaire cède une partie de sa marge
    • L’épargnant cède une partie de ses gains
    • Les deux participent

Selon l’auteur, la démarche solidaire (Finansol) est très différente de la démarche responsable (ISR) :

  • Dans la démarche solidaire :
    • le placement n’est pas une fin en soi, le but est extérieur (lutte contre l’exclusion, etc.), et
    • l’’épargnant renonce à tout ou partie des revenus qu’il produit.
  • Dans la démarche responsable, il n’y a pas de renoncement aux revenus et les finalités sont moins présentes, il s’agit plutôt de processus visant à sélectionner, responsabiliser et influencer les sociétés

Toutefois, cette distinction doit être précisée, car rien n’empêche un fonds ISR de proposer à ses investisseurs un mécanisme de partage des revenus du fonds. Concernant la « fin en soi », on peut également s’interroger :

  • Dans la démarche solidaire, on voit que 90% du capital investi va en ISR, donc la démarquer si nettement pour 10% d’investissement semble étrange.
  • De plus, en investissant dans une entreprise cotée pour ses meilleures performances sur l’écologie, le social ou la gouvernance, il y a bien un objectif fixé au-delà du placement, qui lui est extérieur.
  • A mon sens, la démarche solidaire décrite pas l’auteur est en réalité une amélioration de l’ISR, qui est en lui même mieux que l’investissement classique mais qui reste très critiquable, comme l’a notamment montré Gaëtan Mortier dans son ouvrage « Finance éthique : le grand malentendu » que nous avons chroniqué dans ce blog.
    • Ses critiques sont plus adaptés à des fonds de partage qui investiraient sans aucune prise en compte de comment les revenus partagés sont générés

Dans sa description des différents acteurs, l’auteur ajoute les « fonds éthiques » et l’engagement actionnarial. Ce dernier est intéressant et nous le retrouvons régulièrement dans notre revue de presse, il s’agit d’actionnaires qui demandent des comptes aux entreprises, dialoguent avec elles pour améliorer leurs pratiques, et votent et déposent des motions aux assemblées générales pour influencer concrètement ces changements.

En revanche, parler de « fonds éthiques » pour des fonds ISR qui excluent certains secteurs (par exemple l’armement, le pétrole, etc.) est une confusion, que nous avions également reproché à l’ouvrage de Gaëtan Mortier cité ci-dessus : si un fonds investissant dans des marchés financiers exclut des secteurs, il s’agit d’une méthode au sein de l’ISR, au même titre que le « best-in-class » qui n’exclut aucun secteur mais prend les meilleurs (ou moins pires) de chaque secteur, même dans le pétrole ou l’armement. On ne peut réduire la finance éthique à l’ISR, ne serait-ce que parce qu’il existe des banques éthiques dont l’activité n’est pas l’ISR.

L’auteur pointe la faible discrimination des fonds ISR, qui comprennent la plupart des sociétés du CAC 40 : leur utilité est donc faible s’ils ne font que copier l’indice majoritaire et officiel de la Bourse.

Ce tour d’horizon des acteurs français ne prend pas en compte, et c’est un comble, la Nef, (dont nous avions parlé ici) pionnière de la finance éthique depuis 1978 sous forme d’association et 1988 sous forme de société financière coopérative. La Nef et ses sociétaires ont produit de nombreux textes pour expliquer leur approche, notamment la transparence des crédits accordés par des institutions financière, afin que chaque déposant puisse exercer sa responsabilité sur son argent. Si on ne sait pas où il va, on ne peut pas décider si on est d’accord ou non avec son usage. Il ne parle pas non plus des Cigales dont nous avions parlé ici.

Enfin, Michel Roux réalise un tour d’horizon international :

  • Le marché des Etats-Unis
    • C’est le plus grand, lié notamment à la retraite par capitalisation qui a généré d’énormes fonds de pensions, et à un financement par les marchés plutôt que par les banques
    • mais les définitions de l’ISR sont très lâches : il suffit d’exclure un secteur comme le tabac ou l’alcool pour en faire partie.
    • Des pratiques originales sont présentes, liées à la culture locale, comme la tradition du « giving back », les dons à la communauté dans laquelle on vit, via les ONG locales notamment, la présence d’une forte influence religieuse dans les choix des fonds ISR, qui proviennent à l’origine de démarches religieuses
    • Enfin des initiatives législatives pour limiter les discriminations dans l’octroi du crédit avec le Community Reinvestment Act et le Fair Lending Act
  • Le marché européen :
    • Les marchés les plus dynamiques sont également ceux marqués par la retraite par capitalisation
  • Le marché japonais (« eco funds »):
    • Il est beaucoup moins dynamique en raison de la crise économique depuis les années 90, ainsi que des préoccupations moins fortes sur les normes sociales et environnementales ou des secteurs comme le tabac ou l’armement

 

Revue de presse d’avril 2015 – Finance éthique

Ce mois-ci nous retenons en particulier :

Un entretien sur le fonds SFRE (« Saphir ») qui investira dans le capital de banques éthiques :

  • Nous avions parlé de son fonctionnement ici en mars
  • A noter les principaux critères du fonds :
    • Triple objectif : économique, social, environnemental
    • Forte intégration avec la communauté locale et ses besoins
    • Relation de long terme avec ses clients et dans l’analyse du risque
    • Performance économique récurrente et résiliente aux changements d’environnement externe
    • Gouvernance transparente et incluant les parties prenantes
    • Une culture d’entreprise intégrant ses principes
  • La transparence dans l’utilisation de l’argent n’apparaît pas ici, alors qu’elle est un des critères fondamentaux pour la finance éthique telle que nous l’avons définie

Mots-clés : Finance éthique, banque éthique, SFRE, GABV

La banque de l’église catholique, après les affaires de blanchiment, essaye de se tourner vers la finance éthique mais bute sur la définition des critères

  • La nouvelle direction, appuyée par le pape, souhaite se mettre en conformité avec les règles anti-blanchiment afin d’éviter de reproduire les problèmes des années précédentes (nous en parlions en avril 2014)
  • Le deuxième chantier concerne l’orientation des investissements : comment investir de manière éthique, en conformité avec les principes de l’église catholique ?
    • Il apparaît paradoxalement que cette institution pourtant culturellement habituée à édicter des normes n’arrive pas à le faire dans l’économie : « La difficulté, c’est que vous devez trouver des normes communes alors que l’Église catholique est très décentralisée et que, sur chaque produit, vous avez des opinions différentes au sein de l’Église. Il y a bien sûr un consensus sur le fait d’un investissement éthique mais si vous allez dans le détail… c’est un chantier en cours, il faut définir »

Mots-clés : Finance éthique, finance catholique, religion, valeurs, principes, définition, critères, IOR

La banque éthique Triodos publie son rapport d’engagement, qui répertorie ses actions de dialogue avec les entreprises cotées pour qu’elles changent leurs comportements

  • De nombreux exemples d’actions concrètes sur les OGM, les expérimentations animales, les économies d’eau

Mots-clés : engagement actionnarial, Triodos

Deux articles sur la régulation financière, qui se répondent :

Mots-clés : Finance éthique, régulation, goldman sachs, réforme bancaire, séparation

Des amendements à la loi sur la transition énergétique proposent un reporting plus détaillé sur les actions des entreprises concernant la transition et le changement climatique, avec notamment des analyses des portefeuilles d’actifs des banques et des objectifs de financement de l’économie décarbonée

Mots-clés : régulation, transition énergétique, loi

De nombreux articles de Novethic sur l’ISR (Investissement Socialement Responsable) et son lien avec le charbon et le changement climatique :

Une proposition pour valoriser des certificats carbone pour diminuer le coût des emprunts des sociétés lançant des projets bas carbone

  • Mécanisme : le prix du carbone serait fixé à l’échelle européenne (membres de la BCE), les tonnes de carbone évitées seraient certifiées par des experts indépendans, et les sociétés pourraient revendre ces certificats ce qui baisserait leur coût du projet
  • Commentaire: la proposition nécessite toutefois un accord politique européen sur le prix du carbone, ce qui semble difficile, et un accord politique pour que la BCE rachète les certificats, dans un contexte difficile lié à la crise de l’euro. La BCE demanderait ensuite aux Etats de racheter les certificats, ce qui devrait inciter ceux-ci à mettre en place une fiscalité verte pour pouvoir le faire.
  • Cela semble bien compliqué et le passage par l’accord politique à l’échelle européenne fait penser que cela ne verra jamais le jour. Il serait sans doute plus simple pour un Etat de lancer sa fiscalité verte et d’utiliser les montants pour investir ou aider directement les entreprises à investir dans les projets bas carbone, éventuellement en utilisant ce système mais à l’échelle nationale.

Mots-clés : régulation, incitation, certificat carbone, transition énergétique, fiscalité verte, BCE, prix carbone, politique

Le risque carbone se matérialise : l’ONG Carbon tracker pointe le fait que l’indice des sociétés cotées du charbon a chuté de 76 % sur cinq ans contre une hausse de l’indice industriel de 69 %, pour 3 raisons principales :

  • Gaz de schiste bon marché
  • Régulations destinées à améliorer la qualité de l’air
  • Baisse des coûts des énergies renouvelables
  • Commentaire : il est positif que l’intérêt financier des investisseurs s’aligne cette fois avec l’intérêt de l’humanité, mais le problème n’est alors que marginal (montrer à tous les investisseurs que c’est leur intérêt bien compris d’investir là où ils ne gênent pas l’intérêt général). Cela ne résout pas la question principale qui est de les inciter à « bien » investir quand leur intérêt est opposé à celui de l’humanité dans son ensemble.

Mots-clés : ISR, risque carbone, intérêt

L’assemblée générale des actionnaires de BP, un des plus gros pétroliers mondiaux, a voté une motion en faveur de l’évaluation du risque carbone

  • Cette motion, votée à 98% et par la direction, est très positive car elle montre qu’une campagne d’ONG sensibilisant les actionnaires institutionnels peut fonctionner.
  • Toutefois, la motion ne porte que sur la transparence sur des informations et ne fixe pas d’objectifs, et une fois encore, c’est l’alignement de l’intérêt des actionnaires qui a principalement favorisé son vote. Les grands actionnaires souhaitent éviter des pertes liées au risque carbone, le changement climatique ne les intéresse pas en dehors de quelques déclarations, à part si leurs décideurs (autorités politiques pour le fonds norvégien, adhérents pour le fonds de pension néerlandais ABP, etc.) le prennent en compte.

Mots-clés : ISR, risque carbone, changement climatique, ONG, BP, engagement actionnarial, intérêt

Une pétition pour qu’un des plus grands fonds de pension mondiaux, celui des fonctionnaires hollandais, se retire du secteur du charbon :

    • En raison du risque carbone tel que vu ci-dessus
    • Parce que les Pays-Bas et ses entreprises sont sous la menace directe du réchauffement climatique avec la montée du niveau des océans.
    • Le fonds a en réaction annoncé un infléchissement de sa politique d’investissement vers moins de charbon et plus de renouvelables

Mots-clés : ISR, risque carbone, ABP, Hollande

Les banques de développement, banques publiques d’aide au développement et institutions privées se réunissent pour mieux définir la finance climat, qui investit pour réduire les émissions de GES ( Gaz à effet de serre) :

  • Harmonisation de la définition
  • Augmentation de leurs investissements ayant un bénéfice pour le climat

Mots-clés : Changement climatique, banque développement, finance climat

Suite à la mobilisation d’ONG, les banques françaises refusent d’investir dans un énorme projet minier en Australie ayant des impacts environnementaux désastreux

Mots-clés : banques, ONG, campagnes, militantisme