novembre 2014 archive

L’édition 2015 du prix Robin Cosgrove, récompensant les meilleures contributions écrites sur l’éthique en finance, est ouverte

Je relaie avec plaisir cette annonce visant à récompenser les meilleures contributions écrites sur l’éthique en finance. Ce prix « vise à promouvoir une prise de conscience de l’importance de l’éthique dans la finance auprès des jeunes professionnels/académiques. »

Voici le communiqué de presse intégral ci-dessous :

Londres / Genève, le 10 Octobre 2014: Le prix Éthique en finance – PRIX ROBIN COSGROVE 2014-2015 a été lancé hier à Londres au siège d’ACCA Global (Association of Chartered Certified Accountants)

Le Prix vise à promouvoir une prise de conscience de l’importance de l’éthique dans la finance auprès des jeunes professionnels/académiques des secteurs bancaire, financiers et comptables. Il s’agit de la cinquième édition du Prix, lancé pour la première fois en 2006, bien avant que la problématique « d’Éthique en finance » ne soit médiatisée et d’actualité de manière quasi permanente. La crise financière a depuis montré l’importance du sujet et du Prix.

Le Prix qui récompense les « Idées innovantes pour promouvoir l’éthique dans la finance » est ouvert à partir d’aujourd’hui -et jusqu’au 15 avril 2015- à tous les jeunes de moins de 35 ans Son but est de promouvoir la vision de Robin, un banquier d’affaires mort tragiquement à l’âge de 31 ans, convaincu que la carence d’éthique dans le secteur de la finance sape la confiance. Le concours invite à soumettre contributions créatives sur des analyses, projets ou propositions pour des idées innovantes qui visent la promotion de l’éthique dans la finance. Le Prix pour 2014-2015 est appuyé par le CFA Institute et l’ACCA Global.

Les lauréats des éditions précédentes provenaient d’Australie, Brésil, Egypte, France, Allemagne, Ghana , Inde , Madagascar , Pologne, Portugal, Singapour, Espagne et Etats-Unis. Les meilleures contributions ont été publiées dans la revue FINANCE& COMMON GOOD / BIEN COMMUN et peut être consultées sur le site http://www.robincosgroveprize.org

L’Observatoire de la Finance (www.obsfin.ch), une fondation à but non lucratif basée à Genève, avec le Dr Carol Cosgrove Sacks, mère de Robin, a mis sur pied un jury international comprenant des experts éminents en finance et éthique. Le jury désignera un ou plusieurs lauréats et répartira la somme de 20’000 USD.

Les candidats sont appelés à soumettre des travaux inédits proposant des idées innovantes qui visent à promouvoir l’éthique dans la finance. Ils doivent être envoyés électroniquement à l’Observatoire avant la date limite de soumission, le 15 avril 2015. Les textes peuvent être rédigés en français ou en anglais.

Les candidats du Prix Robin Cosgrove doivent impérativement remplir une Expression d’intérêt, qui peut être téléchargée depuis le site Internet du prix (www.robincosgroveprize.org).

Plus information sur le prix, la vision de Robin, le jury international et les conditions de participation, sont disponibles sur le site Internet du prix (www.robincosgroveprize.org).

Revue de presse d’octobre 2014 – Finance éthique

Pour ce 12ème numéro de la revue de presse mensuelle, nous avons souhaité modifier la formule, afin de répondre à vos retours. Nous allons donc réduire le nombre d’articles cités pour nous concentrer sur ceux qui nous semblent essentiels, et donner davantage d’information sur le contenu de chacun.

 N’hésitez pas à signaler d’autres articles qui méritent selon vous d’être cités

Ce mois-ci nous retenons en particulier :

Le guide de l’ONG « Les amis de la terre », qui a actualisé son guide des banques en fonction de leur impact sur le climat.

    • Les banques françaises ont un rôle très important dans le changement climatique, notamment en finançant des infrastructures énergétiques polluantes (centrales à charbon par exemple)
    • Elles emploient souvent des techniques de publicité mensongère en omettant de parler de ces investissements et en mettant en avant leurs très faibles investissements dans les énergies renouvelables
    • Pour faire en sorte que le système bancaire contribue à sauvegarder les conditions climatiques qui nous permettent de vivre, l’ONG recommande de changer de banque pour aller à la Nef. En synthèse, elle a fait un tableau d’évaluation ci-dessous

Mots –clés : climat, Amis de la terre, comparatif, Nef

 

  • Sophie des Mazéry, directrice de Finansol, le label de la Finance Solidaire, explique les différences et similitudes entre ISR et finance solidaire
    • Similitudes :
      • faire de l’argent un « outil au service du développement économique, en adéquation avec un développement humain. »
    • Dans les produits de finance solidaire type OPCVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières), 10% est investi dans des titres solidaires, et 90% doivent être placés ailleurs d’après la loi. Finansol impose par son label que ces 90% soient des titres sélectionnés ISR, afin d’avoir une démarche cohérente
    • L’ISR comme la Finance Solidaire sont encore peu connus
  • Différences:
    • l’ISR s’occupe des titres côtés en bourse, dans des secteurs d’activité classiques et avec un objectif principal qui est financier, alors que la finance solidaire sélectionne des entreprises dont l’objectif principal est l’utilité sociale ou environnementale.
    • L’ISR est beaucoup plus gros (170 Milliards d’euros contre 6 dans la FS) et investi par des investisseurs institutionnels, alors que ce sont plutôt des particuliers qui investissent dans la FS
    • La Finance Solidaire est capable de mesurer son impact social, alors que l’ISR ne le peut pas aujourd’hui. peut mesurer son propre impact sur les grandes questions de société. « On est capable de dire qu’en 10 ans, 200.000 emplois ont été créés ou consolidés, 100.000 entreprises soutenues, près de 40.000 personnes relogées. »
    • La finance solidaire est plus facile à comprendre, l’utilité sociale est plus facile à observer et mesurer, les épargnants sont plus satisfaits. L’ISR provoque de l’incompréhension, par exemple la présence d’entreprises pétrolières dans les sélections

 

Mots-clés : ISR, Finance Solidaire, Finansol

 

  • L’initiative de décarbonisation des portefeuilles d’actifs lancé par les Nations Unies et plusieurs investisseurs institutionnels
    • Il s’agit, à partir de septembre 2014, de calculer l’empreinte carbone d’au moins 500 milliards de dollars, puis d’ici 2015, de « décarboner » 100 milliards de dollars d’actifs
    • Concrètement, ces investisseurs vendront leurs titres dans les entreprises les plus émettrices de CO2 d’un secteur et réinvestiront ces montants dans les entreprises les moins émettrices. Cela devrait donc augmenter les coûts de financement des entreprises les plus polluantes et diminuer celui des moins polluantes, créant des incitations financières importantes.
    • Des expérimentations ont déjà été menées montrant que cela pouvait réduire les émissions liées au portefeuille de 50% à 80% sans effet négatif sur la performance financière.
    • Commentaire : il s’agit de l’application d’une démarche classique d’ISR, appelée « best in class », où l‘on sélectionne les mieux disant d’un secteur.

 

Mots-clés : PCD, transition énergétique, ONU, CO2, finance carbone

 

  • La création d’un site sur l’investissement responsable au Québec, par l’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG UQAM) et Ellio, une firme de conseil en développement durable. Il s’agit principalement de sensibiliser et répondre aux questions sur l’investissement responsable

 

Mots-clés : Investissement responsable, Québec, sensibilisation